Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

Auteur : Guillaume Ski

COMMENT CALCULER RAPIDEMENT SA RAPIDE ?

Batman et Robin

On ne va se mentir, faire ses calculs de rapide c’est chiant, très chiant. Et je reste poli. Faut peser ses aliments, connaître leur valeur glucidique, puis calculer enfin sa dose de rapide avec un ratio aussi stable dans la journée et la durée que le cours du Bitcoin. Et avec un peu de pot, pas trop de stress, pas trop de sport, ou juste un peu plus, vous éviterez l’hypo et l’hyper. Chaque repas est autant une occasion de se régaler que de se ramasser.

Je sais bien qu’en théorie les types 1 sont censés être libres de manger ce qu’ils veulent, sauf qu’en réalité le prix de cette liberté n’est pas donné. La dizaine de piqûres quotidiennes, les heures strictes de repas, plus le contrôle continu de maths, ressemblent plus aux ingrédients d’un régime autoritaire qu’à ceux d’un régime équilibré. L’accès à un « simple » repas est bien verrouillé. J’ai vérifié.

Y a pas à dire, le diabète ça craint ! J’envie sincèrement les types 1 qui pensent le contraire. Oui, ça existe. Alors à défaut d’aimer avoir mal, le poker, et de croire à une liberté imaginaire, je me suis arrangé pour diminuer ces prises de tête d’avant repas dont je redoutais et je redoute tant les maux postprandiaux.

J’ai repris la formule de l’insulinothérapie fonctionnelle, avec laquelle j’ai développé un site qui calcule l’insuline rapide. Aussi dégourdi que je sois en arithmétique (j’ai déjà compté 2 fois à rebours depuis l’infini), je délègue avec plaisir (matin, midi et soir) cette corvée à meilleur que moi, et que l’approximation : ma calculatrice en ligne. Quand une « petite » différence de 0,5 unité de rapide se paye très cher, être précis dans ses calculs, ça n’a pas de prix.

J’invite alors ceux qui aimeraient avoir la paix avec les chiffres, gagner en temps, en sérénité, et tous ceux qui voudraient seulement récupérer rapidement des valeurs glucidiques, à aller faire un tour sur mon site calculinsuline. Une fois dessus, vous précisez votre ratio, sélectionnez vos aliments dans une base de données, renseignez leur poids, et le site calcule votre dose de rapide.

Lire la suite

LE DIABÉTIQUE DE TYPE 1, UN MALADE IMAGINAIRE ?

Souriant et plein d'énergieDepuis que j’ai reçu ma carte de membre chez les diabétiques de type 1 pour fêter mes 30 ans, il y a 5 ans, j’ai souvent l’impression de souffrir d’un mal imaginaire, comme une sorte de petit rhume que j’invoquerais systématiquement pour embêter le monde ou me donner de l’importance.

J’entends :

« Arrête de peser tes aliments »,
« Tu viens pas avec nous au resto ? »,
« Tu feras ta piqûre dans les toilettes pendant la séance ciné »,
« Tu pourrais pas manger d’autres trucs »,
« Fais pas le difficile, c’est le mariage de ton meilleur pote, tu prends ton matos et y a pas de problème »,
« T’es chiant, tu bois jamais d’alcool et tu peux jamais rester serein quand on sort, ton diabète c’est pas la mort, laisse-toi vivre »,
« Pourquoi t’as peur de partir en voyage ? »,
« Un foot après le repas ? »,
« On peut rien faire avec toi »…

Je vous rassure, amis diabétiques, les hypos, les hypers, les pesées, les calculs, les séjours à l’hôpital et les aiguilles sont bien là pour me rappeler que j’ai vraiment un gros bobo. Et pourtant, il ne suffit pas d’être malade pour être malade. Encore moins lorsque vous souffrez d’une maladie invisible.

Lire la suite

2016 - Diabète et Méchant