Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

Mois : juin 2016 (Page 2 sur 2)

L’INSULINE VA ENCORE RESTER BÊTE UN MOMENT

Insuline "historique"

L’insuline intelligente : une hormone qu’on injecterait et qui se calerait automatiquement sur nos besoins. C’est une des pistes explorées par l’industrie pharmaceutique (le modèle économique est le même que celui de l’insuline « pas intelligente »), et c’est une des plus intéressantes pour nous à moyen terme : si elle ne guérit pas le diabète, elle en limiterait considérablement les méfaits.

Mais on n’est pas rendus, comme le montre la synthèse très complète publiée par diaTribe® dont voici la traduction française ci-dessous.

http://diatribe.org/getting-glucose-responsive-insulin-how-smart-will-it-be

Vers l’insuline gluco-sensible – Sera-t-elle vraiment si « intelligente » que ça ?

20/05/2016
Emily Regier, Alexander Wolf et Kelly Close
Traduit par Frédérique Georges-Pichot

Un atelier organisé par la JDRF et le Helmsley Charitable Trust clarifie ce que l’on peut attendre de l’insuline gluco-sensible.

Notre équipe vient d’assister à l’atelier sur l’insuline gluco-sensible (Glucose Responsive Insulin, GRI) organisé à New York par la JDRF et le Helmsley Charitable Trust. Cet événement hautement interactif réunissait des universitaires, des chercheurs, des industriels, des financeurs et des représentants des patients, dont Kelly Close pour diaTribe, afin de dresser l’état des lieux des recherches en cours sur l’insuline gluco-sensible (également connue sous le nom d’insuline « intelligente »). En théorie, cette insuline de nouvelle génération devrait agir automatiquement en fonction du taux de glucose dans le sang : si le taux de sucre augmente, l’insuline agit plus (ou est libérée en plus grande quantité) et, à l’inverse, si le taux de sucre diminue, l’insuline agit moins (ou est libérée en moins grande quantité).

Le scénario à long terme le plus favorable, conduisant à l’insuline intelligente « parfaite », est très attrayant pour les diabétiques traités à l’insuline : une injection par jour, un taux de glucose sanguin qui reste dans l’objectif sans aucune hypoglycémie, plus besoin de compter les glucides ni d’estimer les doses d’insuline correspondantes, plus d’angoisses liées au traitement, en résumé, bien plus de sécurité et bien moins de stress. Mais, en réalité, comme les leaders du domaine l’ont souligné lors de l’atelier, l’insuline gluco-sensible n’en est qu’à ses tout débuts et sa mise au point se fera sans doute par étapes : les premières de ces insulines offriront probablement certains des bénéfices espérés, mais pas tous.

Sujets abordés durant l’atelier

En quoi consistera l’insuline intelligente « parfaite » ? Comment les produits de première génération se situeront-ils par rapport à ce « Graal » ?

Les intervenants se sont accordés à dire qu’une insuline gluco-sensible parfaite pouvait constituer à terme une véritable révolution pour les diabétiques. Dans son discours d’ouverture de la rencontre, le Docteur Sanjoy Dutta (JDRF, New York) a souligné que, si ces recherches aboutissaient, cela réduirait la complexité, le fardeau, le caractère invasif et la dangerosité du diabète de type 1 (et, plus largement, du diabète de type 2 insulino-traité). Il a livré sa description de l’insuline gluco-sensible idéale : un traitement pris une fois par jour, permettant d’administrer la bonne quantité d’insuline au bon moment et au bon endroit, de manière à maintenir le taux de sucre dans le sang dans l’objectif avec des risques d’hypoglycémie minimes voire nuls. Extraordinaire, non ?

Toutefois, les discussions ont porté essentiellement non sur l’insuline gluco-sensible « idéale », mais sur les produits de première génération et sur les attentes que l’on pouvait raisonnablement nourrir à leur sujet. Si tous les participants sont tombés d’accord pour dire que l’insuline gluco-sensible de première génération constituerait une avancée significative en attendant le développement du produit idéal, il y a eu quelques divergences d’opinion sur ce en quoi le premier produit devrait consister exactement. Le Dr Dutta a partagé la liste provisionnelle dressée par la JDRF des caractéristiques attendues, d’une part, de l’insuline gluco-sensible « idéale », d’autre part, de l’insuline gluco-sensible « de première génération », tout en insistant sur le fait que cette liste n’était aucunement définitive :

Insuline gluco-sensible de première génération Insuline gluco-sensible idéale
Aide à gérer les repas mais ne remplace peut-être pas l’insuline basale Remplace toutes les autres insulines
Une ou deux injections par jour Une injection par jour
2 ou 3 contrôles de glycémie par jour 1 contrôle de glycémie par jour, voire 0
Réduction du taux d’HbA1c de 0,5%, efficacité comparable à celle des insulines actuelles Réduction du taux d’HbA1c d’environ 0,7%, efficacité supérieure à celle des insulines actuelles
Glycémie dans la fourchette 70-130 mg/dl environ 60% du temps. Selon certains, ce scénario serait trop optimiste et il faudrait retenir un objectif de 80% du temps passé dans la fourchette 90-150 mg/dl, plus sûr et plus réaliste. Glycémie dans la fourchette 70-130 mg/dl environ 80% du temps
1 hypoglycémie par semaine, voire 0. Les participants se sont accordés à dire qu’il fallait préciser ce qu’on entendait par « hypoglycémie » et ont avancé le chiffre de moins de 5 hypoglycémies légères par semaine comme plus adéquat. 1 hypoglycémie par mois, voire 0
Prise de poids de 0,5 kg, du même ordre qu’avec les insulines actuelles Prise de poids négligeable
Réduction du stress lié à la gestion du diabète Réduction du stress lié à la gestion du diabète
Aucune complication liée à l’utilisation prolongée du produit Aucune complication liée à l’utilisation prolongée du produit

Durant l’atelier, d’autres idées ont été mises en avant pour le développement des insulines gluco-sensibles de première génération, notamment : (i) combiner deux insulines différentes, l’une pour les taux de glucose bas, l’autre pour les taux de glucose élevés ; (ii) développer jusqu’à 5 produits ciblant différentes populations (sportifs, femmes enceintes, personnes ne ressentant plus les hypoglycémies…) ; (iii) développer un produit ne s’adressant qu’aux diabétiques de type 2 ; (iv) ajouter une insuline gluco-sensible post-prandiale en complément de l’insuline basale existante ; (v) ajouter une insuline basale gluco-sensible en complément de l’insuline basale existante.

Comment gérer les attentes des patients ?

Dans son exposé, Kelly Close, de la fondation diaTribe, a souligné le fait que l’insuline gluco-sensible fait naître de grands espoirs et qu’en conséquence les industriels et les chercheurs doivent veiller à ce que les attentes créées chez les diabétiques soient réalistes, tout en se préoccupant de l’accès à l’insuline gluco-sensible. Ces points sont très importants pour éviter que les produits de première génération ne suscitent la déception, alors même qu’ils pourraient apporter des améliorations par rapport aux insulines actuelles malgré leurs imperfections (ex. : insuline gluco-sensible ne couvrant que les repas ou requérant deux injections par jour). Kelly Close a présenté les données d’une enquête conduite par la société d’étude de marché spécialisée dans le diabète dQ&A (contactez dQ&A ici pour savoir comment rejoindre leur panel de patients), enquête qui montre que seulement 46% des patients sont « très satisfaits » des insulines actuelles, alors même que l’insuline existe depuis près de 100 ans !

Au vu de ce niveau de satisfaction relativement bas, beaucoup sont enthousiastes à l’idée d’une insuline intelligente et certains diabétiques l’assimilent même à une guérison. Ceux qui travaillent sur l’insuline gluco-sensible doivent donc communiquer clairement sur les étapes du chemin vers l’insuline intelligente « idéale » et sur ce que feront réellement les produits de première génération.

Qui aura accès à l’insuline intelligente ?

« Voulons-nous d’un nouveau médicament contre le diabète… que seuls quelques-uns peuvent s’offrir ? » : telle a été la question posée par le Dr Irl Hirsch, qui a soulevé dans sa présentation le problème de l’accès à l’insuline gluco-sensible. Le Dr Hirsch s’est demandé si le développement de solutions innovantes telles que l’insuline gluco-sensible devait être considéré comme une priorité, alors que des millions de personnes aux Etats-Unis et dans le monde n’ont même pas les moyens de se procurer les insulines conventionnelles. Sa conclusion a été qu’il valait la peine de poursuivre les recherches sur l’insuline gluco-sensible, à condition de s’employer à démontrer une réduction des coûts à court et à long terme (ex. : diminution du nombre d’hypoglycémies sévères). En effet, même si des insulines innovantes sont mises au point et autorisées, les patients n’y auront accès que si les organismes payeurs les financent.

Qui travaille sur l’insuline intelligente ?

Le Dr Matthew Tremblay (Calibr, La Jolla, Californie) a présenté un panorama des entreprises et des équipes de chercheurs qui tentent de développer des insulines gluco-sensibles : plus de 11 groupes travaillent actuellement sur des projets d’insuline intelligente. Tous ces projets sont à un stade très précoce : l’un d’eux (l’insuline MK-2640 de Merck) en est aux essais cliniques de phase 1, tandis que tous les autres font encore l’objet de tests sur l’animal. Les différentes équipes ont une grande diversité d’approches, allant du développement d’un patch à insuline intelligent (University of North Carolina/North Carolina State University) à celui de nanoparticules gluco-sensibles (Monash University). Les trois principaux fabricants d’insuline – Sanofi, Lilly et Novo Nordisk – travaillent également sur l’insuline intelligente et récemment, en février 2016, Lilly a acheté la technologie d’une start-up, Glycostasis. Nous saluons la JRDF, Sanofi et le programme Pathways de l’American Diabetes Association pour leur soutien financier à beaucoup de ces projets (en savoir plus sur le partenariat entre la JDRF et Sanofi visant à encourager le développement de l’insuline intelligente et sur le programme Pathways de l’American Diabetes Association).

« INDICIBLEMENT MERVEILLEUX »

Ce sont les mots d’Elizabeth Hugues lorsqu’elle fut une des premières diabétiques sauvées par l’insuline. C’est aussi l’aventure humaine de cette invention, tumultueuse, que se proposent de montrer au cinéma les initiateurs de ce projet. Ils veulent utiliser l’argent récolté pour payer un directeur de casting qui fera lire leur scénario à des acteurs connus, donc c’est pas gagné, le Diabeloop sera peut être sorti avant leur film (non, ça c’est impossible). Espérons qu’ils parviendront à leurs fins sans le financement des industriels, qui ont déjà lobotomisé quelques documentaristes, car l’angle et le synopsis sont excellents.

 

http://www.unspeakablywonderful.com

Unspeakably Wonderful: a film about two men who hated each other but made one of the greatest medical discoveries of our age: insulin
KICKSTARTER.COM

 

INSULINE : L’ENTENTE CORDIALE

Novo et Sanofi se tiennent à la culotte sur leurs tarifs : quand une insuline augmente, sa concurrente aussi.

L’opération est indétectable en France puisque leur seul client est l’Assurance Maladie (et les diabétiques hors du système de santé, à qui ça coûte un bras). Aux États-Unis c’est une autre affaire, comme le montre cette étude de Bloomberg.
Comment expliquer, ici, que l’Abasaglar, le biosimilaire de la Lantus fabriqué en Alsace par Lilly, soit presque aussi cher que l’original, alors que le coût des recherches est toujours invoqué pour justifier le prix élevé de ce médicament?

On May 30 last year, the price for a vial of the blockbuster diabetes medication Lantus went up by 16.1 percent. On the next day, Lantus’s direct competitor, Levemir, also registered a price increase — of 16.1 percent.
BLOOMBERG.COM
734 personnes atteintes

 

AU VENEZUELA À SEC D’INSULINE, LES DIABÉTIQUES MEURENT

La fine équipe Bolivarienne de Chavez et Maduro, tant prisée en France, est parvenue à dévaster un pays richissime (il dispose des plus grandes réserves pétrolières au monde), au profit de sa nomenklatura. Si toute la population déguste, les diabétiques sont aux premières loges. Allô Jean-Luc, Marine, ¿hay alguien?

Lire aussi, pour les hispanophones :
http://www.eltiempo.com/…/crisis-de-venezuela-rela…/16612599

Ainsi que ce reportage accablant, dans Le Point de cette semaine (la chute des prix du pétrole, invoquée par Libé, à bons dos) :
http://www.lepoint.fr/…/venezuela-suicide-mode-d-emploi-06-…

Manque de médicaments, matériel sans arrêt en panne… Le système de soins est à bout et le gouvernement, plombé par la chute des prix du pétrole, n’agit pas.
LIBERATION.FR

 

À CHAQUE DIABÉTIQUE SON INSULINE : LA MÊME

Nous avons tous un métabolisme différent, et la même insuline n’agit pas de la même façon d’un organisme à l’autre. Le choix est hélas restreint, et aucun produit actuel ne peut correspondre à nos besoins réels. Nous devons nous affranchir des courbes et des durées d’action revendiquées par les fournisseurs, bien plus fluctuantes en pratique, pour nous fier à la façon dont notre corps réagit.

‪#‎diabète‬ ‪#‎DT1‬ ‪#‎Humalog‬ ‪#‎EliLilly‬ ‪#‎Apidra‬ ‪#‎Sanofi‬

The Switch: How I accidentally found the right insulin. That insulin is Apidra, which I’d never heard of before, despite it being on the market since 2004.
BEYONDTYPE1.ORG

 

QUE CEUX QUI NE SONT PAS ENCORE DIABÉTIQUES LÈVENT LE DOIGT

L’AFD recrute de nouveaux prédiabétiques. Le premier qui rira aura une tapette :

http://www.afd.asso.fr/actualites/semaine-de-prevention-je-te-tiens-tu-me-tiens-par-la-barbichette-006954
www.contrelediabete.fr

 

IL N’Y A PAS DE COMPLOT (et c’est peut être pire)

Il est difficile d’évoquer le diabète avec subtilité, sans paranoia ni angélisme, et il ne suffit pas de vouloir guérir le DT1 pour y parvenir. Les choses seraient tellement plus simples… En s’indignant de l’âpreté des dirigeants devant leurs actionnaires, comme elle l’a fait chez Sanofi, Elise Lucet les renforce même, auprès de leurs mandants, enchantés par cette image de gestionnaires diaboliques.

Il est légitime et nécessaire, en revanche, de poser certaines questions, précises, sans procés d’intention ni arrières-pensées. Cet article an anglais, publié dans Insulin Nation – Type 1 news, en relève un certain nombre.

 

Page 2 sur 2

2016 - Diabète et Méchant