Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

LE LABO A TOUJOURS RAISON

Dany-Boon-Benoit-Poelvoorde-ils-n-ont-Rien-a-declarer_exact1024x768_l

Il y a trente ans, rue de l’Ouest à Paris, un ami avait découvert une petite souris morte dans son kebab. Ramenant le sandwich au commerçant celui-çi lui rendit sa pièce de 5 francs, sans un mot.

En décembre 2015, je m’étais retrouvé en Argentine, changeant de capteur FreeStyle Libre, avec des résultats délirants puis une panne complète*. A mon retour en France j’écrivis à Abbott, leur demandant si ce dysfonctionnement ne serait pas l’oeuvre des rayons de l’aéroport. Ils me répondirent qu’il n’en était rien, me prièrent cependant de leur faire parvenir le capteur défectueux et m’en envoyèrent un autre. J’apprends aujourd’hui par hasard qu’il est désormais établi que les rayons des contrôles de bagages** affectent les résultats des capteurs pas encore utilisés et qu’Abbott a prévu à cet effet un formulaire à faire signer et tamponner par le médecin afin qu’ils échappent au scanner.

Pour le trouver il faut chercher, non sur le site, mais ici :

http://www.diabete-abd.be/Documents/Document/201705161610507903-Airport_Certificate_2017.pdf

Pourquoi n’en parlent-ils pas? Combien d’utilisateurs se sont-ils retrouvés avec des capteurs défaillants et des résultats incompréhensibles les obligeant à faire des bolus d’insuline alors qu’ils étaient en hypoglycémie?

Le FreeStyle libre est une belle invention, elle n’est pas parfaite, et nous évoquons souvent ici les allergies qu’il peut causer, mais elle a le mérite d’exister et de changer positivement notre perception et notre compréhension de nos variations glycémiques. Il est dommage que le laboratoire, systématiquement, commence par rejeter les témoignages de dysfonctionnements pour finir par les admettre discrètement.

Personne n’est infaillible, cette hantise de perdre la face aggrave toujours la situation, on l’a vu avec la Dépakine, on le constate aujourd’hui avec les vaccins. Je suis devenu diabétique en 1975 quelques semaines après qu’on m’ait administré un vaccin antivariolique, imposé à mes parents par le proviseur du collège, qui refusait de me scolariser si je ne m’y soumettais pas. Dès l’apparition du diabète les médecins ont immédiatement affirmé qu’il n’y avait aucun lien avec ce vaccin. Il était pourtant totalement inefficace pour un enfant de 11 ans et il a été supprimé par la suite. Ça n’a pas fait de moi un croisé anti-vaccins, je ne crois pas que la politique vaccinale se décide autour d’une table par des conjurés masqués. En revanche cette culture du déni, comme la dissimulation par les relais d’opinion de leurs liens d’intérêt, alimentent les soupçons. Or nous avons plus que quiconque, diabétiques insulino-dépendants, besoin de confiance.

(*) : j’avais dû racheter un lecteur de bandelettes sur place, ce qui m’avait permis de constater que les prix scandaleux pratiqués en France (10 fois leur coût de fabrication) étaient tout aussi élevés dans le reste du monde.

(**) : il s’agit des scanners de bagages à main et en soute, il ne semble pas que les portiques de sécurité soient concernés.

Précédent

CE QUE LES GENS DISENT (Traduction d’un article de Kate Felton)

Suivant

12ème Rencontre du 1er Type

  1. yolande

    cout de revient : entre 1200 et 1500 euros par an.

    • Bertrand Burgalat

      1200 euros annuel est en effet le tarif négocié par le Comité Economique des Produits de Santé. Comme par hasard ce coût est d’ailleurs le même que celui des vieilles bandelettes (40 euros la boite de 100) lorsqu’on les utilise 8-10 fois par jour (le minimum pour y comprendre à peu près quelque chose)…

Laisser un commentaire

2016 - Diabète et Méchant