Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

Catégorie : Diabète à but lucratif (Page 2 sur 8)

CONGRÈS DE LA SFD À NANTES : EMBEDDED ! (22-23 MARS 2018)

VictozaLire le début : jours 1 et 2

Jour 3

La force d’un congrès réside surtout dans le Off, dans ces échanges informels le long des allées. Bien sûr, les industriels ont compris cela et font de ces échanges une force de frappe en offrant des conditions sympathiques de rencontre : du vélo connecté à un écran qui calcule les calories cramées en faisant l’analogie avec des aliments (vous avez consommé 250 Kcal, soit un pain au chocolat !). C’est amusant, l’aliment n’étant qu’un tas de calories. Ailleurs, on fait des glaces d’un nouveau genre, oh ! encore un vélo qui en pédalant très fort permet de faire un jus de fruits !!! Merveilleux !

Mais les rencontres informelles ont aussi lieu entre professionnels, et c’est heureux. Chacun échange sur ses pratiques, ses conditions, ses impressions sur telle ou telle présentation.

Elles ont lieu aussi entre des professionnels de toute la francophonie. Cette ouverture est à louer. Gageons que les influents français utiliseront leur position pour demander des prix d’insuline raisonnables pour ces pays représentés.

Naturellement les conversations que je mène avec le plus d’entrain le sont avec des diabétiques « réformateurs ». Mais cette ambiance nous stimule et nous sortons une proposition nouvelle toutes les minutes, on est intarissable !

Lire la suite

CONGRÈS DE LA SFD À NANTES : EMBEDDED ! (20-21 MARS 2018)

Affiche SFD 2018Comment expliquer cette attirance pour ce que l’on déteste, ou que l’on aime détester ?

En 2016-2017, je me suis embarqué dans un DIU de soins aux patients diabétiques, sûr d’y entendre le contraire de ce que je pense. J’y ai survécu ! Je m’y suis parfois amusé !

Cette année, me voilà embarqué pour le congrès de la Société Francophone du Diabète. Il s’agit en fait d’un énorme salon commercial, l’apogée de la promiscuité entre médecins et industriels… Tout ce que je dénonce.

La version flatteuse dirait que l’on a besoin de connaître son ennemi pour le combattre. L’autre version, c’est qu’il faut exister, légitimer son action : « j’ai posé un poster à la SFD » ! Voilà une carte de visite qui permet d’ouvrir la conversation avec des collègues diabétologues. Nous, médecins, chercheurs, nous n’avons pas vraiment d’alternative. Il n’existe pas d’autre lieu de rencontre. Hégémonique SFD !

Lire la suite

RETOUR SUR LE CONGRÈS DE LA SFD À NANTES (21 MARS 2018)

Françoise et notre tractJe m’appelle Françoise et je mesure avoir fait une entrée plutôt fracassante dans le réseau Diabète et méchant, moi la discrète. Ce n’est pas que les sujets ou les gens me fassent peur, ma vie professionnelle m’ayant conduite à passer mon temps dans les interactions individuelles et collectives, mais ma vie perso a toujours été un mystère plus ou moins opaque aux autres y compris à ma famille. Là-dedans évidemment mon diabète arrivé à 37 ans n’a été qu’un épiphénomène.

J’ai été réanimée en soins intensifs 3-4 jours après un rendez-vous avec mon médecin généraliste, qui m’a seulement trouvée déprimée et qui m’a prescrit des vitamines, mais aussi après 7 heures aux urgences avant qu’ils trouvent ce qui m’arrivait (Where is Dr House?).

Lire la suite

MANIFESTATION ILLÉGALE À NANTES

Capture d’écran 2018-03-18 à 10.18.40

Le « congrès » de la Société francophone du diabète, du 20 au 23 mars à Nantes, est un salon commercial financé par les industriels du secteur aux frais de la collectivité, en violation de la loi HPST*. La SFD est le pavillon de complaisance qui permet tous les contournements, cette structure et ses activités d’influence n’apportant rien au diabète ni à la science. Notre ministre de la Santé, Agnès Buzyn, doit faire respecter ce texte et appliquer les règles que son ministère a lui-même édictées.

Capture d’écran 2018-03-18 à 10.16.39
Capture d’écran 2018-03-18 à 10.17.24
https://www.sfdiabete.org/medical/evenements/congres-sfd/congres-sfd-2018-nantes
 
(*) : c’est grâce à ce texte que le misérable « Salon du Diabète » avait dû fermer ses portes il y a 7 ans :
Capture d’écran 2018-03-18 à 09.52.55
Ci-dessous la SFD prise la main dans le sac :

 

Un nouveau mode de prise en charge des congressistes | SFDUn nouveau mode de prise en charge des congressistes | SFD 2

Dans Le Canard Enchainé :
23318971_1546818175406470_2022722142100379090_n
Et notre tract, diffusé à Nantes :
Diabete et mechant tract OK_SANS logo_19 3 18

LE LABO A TOUJOURS RAISON

Dany-Boon-Benoit-Poelvoorde-ils-n-ont-Rien-a-declarer_exact1024x768_l

Il y a trente ans, rue de l’Ouest à Paris, un ami avait découvert une petite souris morte dans son kebab. Ramenant le sandwich au commerçant celui-çi lui rendit sa pièce de 5 francs, sans un mot.

En décembre 2015, je m’étais retrouvé en Argentine, changeant de capteur FreeStyle Libre, avec des résultats délirants puis une panne complète*. A mon retour en France j’écrivis à Abbott, leur demandant si ce dysfonctionnement ne serait pas l’oeuvre des rayons de l’aéroport. Ils me répondirent qu’il n’en était rien, me prièrent cependant de leur faire parvenir le capteur défectueux et m’en envoyèrent un autre. J’apprends aujourd’hui par hasard qu’il est désormais établi que les rayons des contrôles de bagages** affectent les résultats des capteurs pas encore utilisés et qu’Abbott a prévu à cet effet un formulaire à faire signer et tamponner par le médecin afin qu’ils échappent au scanner.

Pour le trouver il faut chercher, non sur le site, mais ici :

Lire la suite

DÉPÉNALISATION DE L’INSULINE

Article impeccable d’Eric Favereau dans Libération d’aujourd’hui :

http://www.liberation.fr/planete/2017/11/14/l-insuline-chere-fait-payer-un-lourd-tribut-aux-diabetiques_1610113

L’insuline chère fait payer un lourd tribut aux diabétiques

— 14 novembre 2017 à 21:16favereau

Le 14 novembre, date de la Journée mondiale contre le diabète, est aussi le jour de la naissance de Frederick Banting, considéré comme le découvreur de l’insuline. Et depuis quelques années, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’alarme sur la progression inquiétante de cette maladie chronique grave, qui fonctionne un peu comme le miroir déformant des dérèglements dans nos modes de vie.
Les chiffres sont impressionnants. En 2016, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) faisait état de plus de 420 millions de diabétiques à travers le monde, près de quatre fois plus qu’en 1980. Et, plus symptomatique, leur nombre a augmenté bien plus rapidement dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires.
Les conséquences de la maladie sont connues et terriblement lourdes : les diabétiques peuvent souffrir de cécité, d’insuffisance rénale, d’accidents vasculaires cérébraux, d’accidents cardiaques et parfois même subir une amputation des membres inférieurs. En 2015, l’OMS estimait que 1,6 million de décès étaient directement dus au diabète qui, en 2030, sera la septième cause de mortalité dans le monde…

Et pourtant, il y a un traitement. Mais pour qui ? Bertrand Burgalat – producteur, musicien et lui-même diabétique – en a fait son combat. Il y a deux ans, il publiait un livre aux allures de pamphlet, Diabétiquement vôtre (éditions Calmann-Lévy), dans lequel il dénonçait l’incroyable immobilisme dans la prise en charge de cette maladie. Au passage, il pointait la rente de situation des grandes firmes pharmaceutiques sur l’insuline, «vendue à des prix exorbitants», en tout cas «inaccessibles pour les pays pauvres».
Cela fait pourtant presque cent ans qu’un étudiant canadien a reçu la première injection de cette hormone qui lui sauva la vie. Et l’on ne peut que s’étonner en constatant que l’insuline continue d’être «sur la liste des dix liquides les plus chers au monde», «et sans aucune version générique».

Finaudes, les firmes qui la commercialisent font d’infimes changements dans les formules existantes pour maintenir leur tarif à la hausse et rendre difficile la possibilité d’un générique. «Aujourd’hui, trois sociétés commercialisent l’insuline et se partagent un marché mondial de 30 milliards d’euros, rappelle Bertrand Burgalat dans une tribune parue lundi dans le Figaro. En raison de la politique tarifaire de ces trois groupes et de leurs ententes, cette hormone est devenue inabordable pour la plupart des malades dans le monde.» Un exemple ? Dans la revue The Lancet, une étude s’est attardée sur 26 pays d’Afrique subsaharienne. Elle révèle que l’insuline n’est disponible, dans le service public, que dans 30 % des pays, «avec un prix qui est prohibitif». Aux Etats-Unis, les trois firmes – Novo Nordisk, Sanofi et Eli Lilly – sont visées par une plainte collective de patients les accusant d’entente illicite.

Éric Favereau

 

 

L’INSULINE TROP CHÈRE TUE

article publié dans le Figaro du 14 novembre

Iletin

Le 14 novembre, le monde célèbre la journée mondiale du diabète et la naissance de Frederick Banting, à l’origine de la découverte de l’insuline en 1922. Derrière l’éphéméride et les discours convenus, les appels intéressés au dépistage symbolisent tous les paradoxes de ce fléau : alors que ces campagnes mercantiles de recrutement ambitionnent de transformer chaque non diabétique en « pré-diabétique » médicalisé, l’insuline est plus que jamais inaccessible à une majorité de ceux qu’elle pourrait sauver et qui, sans elle, meurent dans d’atroces souffrances.

Rien ne justifie cela. Dans un geste altruiste, les inventeurs de ce médicament indispensable à la survie des patients avaient choisi de le laisser à la disposition de tous. En 1923, ils en avaient cédé le brevet pour un dollar symbolique à l’université de Toronto et convaincu Lilly, le laboratoire qui avait permis sa commercialisation, de ne pas revendiquer sa méthode de stabilisation du produit. “L’insuline ne m’appartient pas, elle appartient au monde entier”, déclarait Frédérick Banting. Aujourd’hui, grâce au génie et à la générosité de ce chercheur, trois sociétés se partagent un marché mondial de 30 milliards d’euros. La première d’entre elles, en 2015, a réalisé un chiffre d’affaires de 14,5 milliards pour un résultat net de 4,67 milliards. Grâce à leur politique tarifaire et leurs ententes, cette hormone est devenue inabordable pour la plupart des malades dans la grande majorité des pays pauvres, mais aussi dans les sociétés les plus riches comme aux Etats-Unis, où son tarif, triplé entre 2002 et 2013, est hors d’atteinte des personnes dépourvues de couverture sociale.

sir-frederick-g-banting-1891-1941-stamp

En Afrique, il n’y a pas beaucoup de diabétiques insulinodépendants parce qu’ils sont morts. Moins de la moitié des enfants sont diagnostiqués et, lorsqu’ils le sont, leur espérance de vie est inférieure à un an, faute d’accès à l’insuline et à des soins adéquats. Une récente étude du Lancet portant sur 26 pays d’Afrique subsaharienne établit que cette hormone n’est disponible, dans le service public, que dans 30% des Etats, et son prix prohibitif. L’approvisionnement en insuline y mobilise, en moyenne, 17% des revenus d’un foyer, plus du double lorsqu’on y ajoute le coût des lecteurs de glycémie, des bandelettes et des seringues. Certains parents de jeunes enfants malades doivent se résoudre à ne pas les soigner et à les laisser agoniser afin de pouvoir faire vivre le reste de leur famille.

Au coût du médicament s’ajoute une pénurie de personnels de santé préparés à la détection et à la gestion de cette affection. Leur formation est souvent indexée sur la volonté de bailleurs de fonds internationaux pour lesquels le diabète, et les autres maladies non transmissibles, ne sont pas prioritaires. Alors que 70% des décès dans le monde leur sont imputables, avec les coûts afférents pour la collectivité, moins de 2% de l’ensemble des investissements financiers mondiaux en matière de santé leur sont dédiés.

Pourquoi seules trois entreprises dans le monde fabriquent-elles l’insuline ? Pourquoi les autorités de santé ne prennent-elles pas leurs responsabilités afin d’éviter qu’en 2017, près d’un siècle après sa découverte, des diabétiques meurent à cause de son prix, qu’aucune innovation majeure ne justifie ?

Gloire à Banting. Honte à ceux qui le trahissent.

Bertrand Burgalat

lien vers l’article : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/11/13/31003-20171113ARTFIG00197-bertrand-burgalat-l-insuline-trop-chere-la-rend-inaccessible-a-la-majorite-des-diabetiques-dans-le-monde.php

IMG_0204

 

LES ILLUSIONS DU PROGRÈS

502308893_640

Sur Europe 1* ce matin, une chronique désolante d’Anicet Mbida annonçant une nouvelle ère grandiose : la lecture du taux de glucose par tatouage…
Décidément, nous allons peut être devenir immortels mais nous resterons diabétiques tant que la recherche se fourvoiera dans ce genre d’impasses.

(*dermal-abyss-mit-screenshot-vimeo_1024) : c’est encore plus rageant quand on sait les sommes engrangées par cette radio avec des publicités lamentables pour des lecteurs de glycémie dépassés.

ENCORE UN « ANTIDIABÉTIQUE » QUI PORTE BIEN SON NOM

Merci à la revue Prescrire et au Formindep.

https://www.facebook.com/237597246328576/photos/a.237599169661717.58740.237597246328576/1495580077196947/?type=3&theater

21462229_1495580077196947_1073142967755070489_n

 

SORTIE d’ARCHIVE

canard-enchaineCet article du Canard Enchaîné date, si j’ai bonne mémoire, de février ou mars 1988. Le contexte est celui de la pré-campagne Présidentielle. Il critique les diverses dérives occasionnées par la libéralisation des prix de la première cohabitation. Elle a impacté plusieurs secteurs de l’économie dont la santé avec la première vague de déremboursements ; et la flambée pour les médicaments encore pris en charge, du prix de l’insuline, mis en exergue par le Canard de l’époque.
Ayant vécu une partie de ces évènements je pense que les augmentations rapportées sont exactes.
Les gens de ma génération, se rappelleront avec délice comment, en Juin 1992, le prix de la main d’œuvre automobile a triplé dans le cadre de l’harmonisation européenne avec des panneaux d’information du type « Afin de fidéliser notre clientèle ».
Et combien d’entre nous ont eu leur vie gâchée par le lent assassinat des insulines Zinc-protamine (de 1997 à 2004) par un quarteron d’internes (duquel mon endocrino a fait partie) qui l’ont dénoncée comme étant instable et imprévisible.
Exeunt Zinc-Protamine !
Fiat Lantus !
Avec la hausse de tarif liée à la qualité supérieure du produit de substitution.

Comme le disait S. Plissken : « Plus ça change, plus c’est la même chose »

Ha Ha Ha !

Grégoire Boudsocq

2016 - Diabète et Méchant