Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

Seconde Rencontre des Diabétiques à l’Ouest !

Le 26 et 27 octobre à Paimpont en Bretagne (Ille et Vilaine, 35)

Après plusieurs entrevues au centre de nos distances postales, nous sommes ravies de vous souhaiter la bienvenue en Bretagne, à 40 minutes de Rennes. Que vous vous situiez à l’ouest ou moins à l’ouest, ces 24 heures en forêt de Brocéliande sont ouvertes à toustes. Nous sommes pour le moment 8 personnes à s’y rendre.

BrocéliandeBDForêt
Le pré-programme est le suivant :

Samedi après midi
Présentation des participants : tour de table, vécu ou ressenti par rapport au diabète et ses soins et quelles seraient les attentes futures vis à vis d’un groupe régional.

Présentation de l’association Diabète et Méchant, objectifs, fonctionnement à Paris, et de DiabètAccueil à Redon.

Lire la suite

32ème Rencontre du 1er Type

Notre 32ème Rencontre du 1er type Île-de-France aura lieu le dimanche 20 octobre de 15h à 17h, au Mila :
2 rue André Messager 75 018 Paris
(Métro 4 : Simplon ou Porte de Clignancourt – Métro 12 : Jules Joffrin)
BH_l21e9_400x400
 
Nous aurons le plaisir de recevoir Stéphane Besançon, directeur de l’ONG Santé Diabète (santediabete.org) qui agit concrètement pour l’accès aux soins des diabétiques en Afrique.
 
Entrée libre, inscriptions à contact@diabeteetmechant.org.
XVMa752912c-c197-11e8-ad1e-60c1e544ba7a
 

31ème Rencontre du 1er Type

Notre 31 ème Rencontre du 1er type Île-de-France aura lieu le dimanche 29 septembre de 15h à 17h, au Mila :

2 rue André Messager
75 018 Paris
(Métro 4 : Simplon ou Porte de Clignancourt – Métro 12 : Jules Joffrin)
En cette rentrée, nous nous réunirons autour d’un buffet pour discuter de nos projets et actions.

37831897_2304560746251479_4796160172370165760_o-768x960
Boissons et victuailles sont les bienvenues !

Le progrès, disent ils

 Imprégnation, infusion et confusion

Les choses évoluent, la médecine progresse et nous n’échappons pas à de spectaculaires avancées.

Parmi celles-ci soulignons en quelques unes pour l’année passée :

En 2019 les innovations sont légions,

Capteurs glycémiques et continus pris en charge,

Des pompes sexy pour décomplexer à la plage,

De l’insuline plus véloce encore qu’un avion

 (Panne d’inspiration — aucun poète maudit typé 1 n’a encore été recensé au XXième siècle. Mais les inscriptions sont encore possibles pour le XXI. Vous avez le droit d’être né au XX sous réserve de dérogation, aucune dérogation n’est plus requise pour la sobriété)

Diapositive1

Je suis assis à une ancienne table de chêne qui a vu passer quelques générations avant moi et, pour la première fois depuis 23 ans, je bénéficie de cette avancée de n’avoir qu’à presser un bouton pour gérer mon repas.

Je dois vous faire un comming-out. En une semaine, je suis passé de simple mortel DT1 à superman connecté digne de figurer sur des plaquettes publicitaires. En un an je suis passé de malade ayant un

Lire la suite

Ne soyons pas désert

Qui de toi, soleil ou soif, se joue de mon âme, mémoire perdue d’une enfance en suspens.

Insouciance détruite d’une simple goutte de sang. Choc frontal sans état d’âme.

Qui suis-je ou étais-je ?

Individu, personne, enfant, patient, analyse, chiffre. Sage, équilibré mais pas équilibriste. Insoumis mais observant d’une constante ponctualité. Entre conscience et inconscience mon esprit vacille sur la subtile pente construite par une simple île déserte.

Lire la suite

The Holy Economic War

Le traitement des diabètes est un marché lucratif. Les écarts de prix concernant les médicaments de première intention, tels que les insulines mais aussi la Metformine et quelques autres pour les types 2 en sont le reflet. Et cela reste, malheureusement, une cause de souffrance et décès pour nombre de diabétiques de par le monde.

Pour peu que l’on soit sensible à la question, ou intéressé par celle-ci, on entend régulièrement parler des affrontement et prises de position des trois grands producteurs d’insuline que sont Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi. Parfois, même, nous avons tendance à penser que seulement ces trois-là existent.

Lire la suite

lada_glucagon

À LA RECHERCHE DU LADA

CE DIABÈTE A LE NOM D’UNE VIEILLE VOITURE, moche selon tous les critères internationaux, chère à l’usage et à l’entretien, et dont certains démarrages matinaux fastidieux, ou trajets chaotiques, voudraient qu’on en change pour une nouvelle, mais voilà, on n’en a pas les moyens.

Le diabète LADA, car tel est son nom, acronyme de « Latent Autoimmune Diabetes of Adults », soit in french « diabète auto-immun latent de l’adulte », est un diabète suffisamment bizarre pour qu’on lui colle dans certains pays le numéro 1.5 ; ni 1, ni 2, mais quelque part au milieu.

Lire la suite

Schizophrénie sucrée

Nouveau concept, l’article à deux voix, issu d’une conversation informelle, donnant lieu à un défi amical !

Corentin signe ce poème à lire en écoutant cela :

Vous pourrez aussi lire d’autres proses sur le blog : http://regimequinemangepasdepain.over-blog.com/

Tous les trois mois c’est la même scène,

On pousse les portes du labo pour se faire sucer la veine.

Nos trois derniers mois défilent dans la tête,

Les apéros, les repas et les sorties à bicyclette.

Si la conduite à tenir paraît simple,

Nos pensées divergent le jour de l’examen.

On espère souvent avoir la mention,

Surtout quand nos journées on fait preuve d’attentions.

Période schizophrénique où on se regarde dans le miroir

En passant de la sous estimité à la culpabilité sans le vouloir.

Les pensées partent dans tous les sens en attendant le verdict

Pour ensuite aller dans ce choix dichotomique.

On repartira alors soulagé ou avec les crocs

En tentant la prochaine fois de décrocher le bon numéro. 

 

Puis ma version, (plus bavarde) que l’on peut lire avec de la musique aussi, mais je vous laisse le choix… Lazarus de Bowie, excellent choix, vous avez bon goût !

Schizophrénie sucrée

milou

Je fus médecin avant d’être malade. Ordonnancier sous la main, je prescris. Des médicaments, des radios, des échos, des scanners, des IRM, des prises de sang, des analyses d’urines. Et un jour j’ai mis mon nom en haut à droite, là où on écrit le nom du patient habituellement.

Je me souviens parfaitement du jour de mon diagnostic de diabète. J’attendais avec impatience mon résultat, qui ne venait pas. Alors j’ai appelé le laboratoire, comme je le fais quasi quotidiennement, pour des patients… La secrétaire reçoit ma demande, laisse un discret silence inhabituel, et me dit « votre dossier n’est pas validé » … et elle me passe alors le biologiste ! J’ai donc quelque chose de grave. Reste à savoir quoi !

Lire la suite

Le diabétique de type 1 et ses (petits) congénères

« Deviens celui que tu es! »

Juliette a déjà abordé ici (http://diabeteetmechant.org/2018/07/02/faut-peur-de-faire-enfants/) la question délicate de la parentalité lorsque l’on est diabétique de type 1, et notamment de la crainte plus ou moins rationnelle que certains d’entre nous – moi la première – peuvent avoir de transmettre la maladie à leurs enfants, en même temps que quelques névroses familiales et une planète toute pourrie en sus (cadeau !). La réaction assez saine qu’il me semble apercevoir derrière cette angoisse est qu’elle traduit le fait que, spontanément, on ne souhaiterait à personne de déclencher un DT1, même si, de son côté, on peut être relativement satisfait de son existence avec cette maladie : c’est bien tout le mal que je vous souhaite.

D’autre part pourtant, on lit régulièrement des témoignages de patients (DT1 ou non), dans lesquels s’exprime une sorte de gratitude à l’égard de la maladie et qui revient souvent à quelque chose comme : « En fait, après réflexion, merci à la maladie parce qu’elle a fait de moi ce que je suis. » Si on adhère sincèrement à ce type de discours, transmettre le DT1 à son enfant pourrait paradoxalement s’apparenter à une sorte de cadeau. Certains naissent ainsi avec une cuiller en argent dans la bouche, d’autres avec une seringue en plastique dans la fesse, et bien malin celui qui devinera lequel des deux aura finalement été le plus favorisé par le sort…

Lire la suite

30ème Rencontre du 1er Type

maxresdefault

Notre prochaine Rencontre du 1er type Île-de-France se tiendra dimanche prochain, 30 juin, de 15h à 17h.
 
Nous aurons le plaisir d’échanger avec le Docteur Pierre-Yves Traynard, Coordinateur du Pôle de Ressources Île-de-France en Education Thérapeutique du Patient, qui nous fait en outre l’extrême gentillesse de nous accueillir dans ses locaux :
34 rue Villiers de l’Isle-Adam
75020 Paris
Métro 3/3bis : Gambetta
 
N’hésitez pas à apporter si vous le souhaitez quelques boissons et/ou victuailles peu salissantes.
 
Nos Rencontres sont ouvertes aux diabétiques de tout acabit, parents, proches, mauvais malades et bons élèves, pour plus de renseignements : contact@diabeteetmechant.org

Page 1 sur 27

2016 - Diabète et Méchant