Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

Étiquette : équilibre

LA PEAU DE CHAGRIN

La Peau de chagrinDans La Peau de chagrin de Balzac, le héros, Raphaël de Valentin, s’étant ruiné au jeu, découvre chez un antiquaire un objet maléfique – une peau de chagrin – qui lui permet d’accomplir tous ses désirs mais, se confondant avec sa vie, rétrécit à chaque souhait exaucé. Après s’être adonné quelque temps à divers excès, Raphaël finit par se terrer chez lui en s’efforçant de ne plus rien vouloir pour durer encore un peu.

Il ne me semble pas que l’analogie ait déjà été faite et, pourtant, la comparaison entre le héros de Balzac et nous, diabétiques de type 1, est tentante.

Comme Raphaël en effet, mais sans avoir jamais voulu conclure ce pacte faustien, le diabétique de type 1 se trouve du jour au lendemain tenir sa vie entre ses mains, investi du pouvoir de se nuire gravement, voire de se perdre, en cédant à des mouvements naturels – boire, manger, courir – anodins pour tous les autres. Il pourrait sans rire se suicider à coups de petits plats bio maison garantis sans gluten ou d’oranges fraîchement pressées, et il n’en faudrait même pas beaucoup pour l’anéantir.

Lire la suite

JOURNEE DE TYPE 1

Le Grand Huit7h : je me lève fatiguée, le réveil sonne depuis 20 minutes.
Je mesure ma glycémie : 0,52.
Direction la cuisine pour un petit déjeuner habituel, mais au lieu de débuter par mon injection, je la ferai juste après avoir mangé.

9h15 : arrivée au boulot, avec 10 minutes de retard. Bon, pour quelques minutes, j’accuse le RER en pensant intérieurement que ce soir, il faudra me coucher avec une glycémie à 1,5. Ce serait idéal si je veux éviter une nouvelle hypoglycémie au réveil…

9h30 : tiens, tout le monde est au café. On me fait gentiment remarquer que j’ai une « petite mine », tout en m’accusant d’avoir encore fait des folies la nuit dernière. Mais oui, bien sûr, s’ils savaient toutes les folies que l’on peut faire avec un stylo à insuline, ils s’éclateraient aussi.

Lire la suite

LE DIABETE ET SES MOTS

Doctor Diafoirus, a physician from Molière's play Le malade Wellcome V0016112Parmi les mots qu’affectionnent les soignants, il en est qui blessent les diabétiques de type 1.

*

Certains mots blessent parce qu’ils opèrent une disqualification de notre ressenti et de notre expérience de la maladie. Ainsi du couple infernal « déni » / « acceptation » et des « bénéfices secondaires ».

Ces notions plus ou moins scientifiques, initialement empruntées à la psychologie mais depuis cent fois détournées, finissent par légitimer des dialogues de sourds de ce type :
– LE PATIENT – Docteur, je me sens épuisé et je ne m’en sors pas. J’ai besoin d’aide et j’ai peur de perdre mon travail : je souhaiterais déposer une demande de Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé.
– LE MEDECIN – Vos difficultés viennent de ce que vous êtes dans le déni. Lorsque vous aurez accepté votre diabète, vous verrez que cela n’est pas si difficile : ça se soigne très bien maintenant, vous avez tous les outils pour y arriver ; c’est une question de motivation. Je ne signerai pas votre papier : vous devez vivre normalement, le diabète n’est pas un handicap ; arrêtez d’essayer de profiter du système en recherchant des bénéfices secondaires.

Lire la suite

2016 - Diabète et Méchant