Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

ALLERGIES AU FREESTYLE LIBRE : UN NOUVEL ALLERGÈNE IDENTIFIÉ

Molécule de N,N-dimethylacrylamide

[Ajout du 29 mai 2019] L’ANSM vient justement de mettre en ligne un point d’information, ici, selon lequel « la modification d’un composant interne des capteurs de glycémie FreeStyle Libre [devrait désormais] diminuer le risque de survenue de réactions cutanées nécessitant un suivi médical ». On remarquera le flou qui caractérise la rédaction de ce texte, où les noms des allergènes retirés n’apparaissent pas, ainsi que le souci de minimiser le problème qui y transparaît, et on pourra légitimement se demander si le chiffre de « 0,2% des utilisateurs ayant signalé une réaction cutanée nécessitant un suivi médical » ne reflète pas davantage un phénomène de sous-déclaration chronique des effets indésirables que la réalité des faits.

Pour ce printemps pluvieux, Abbott nous promet un FreeStyle Libre enfin moins allergène – dont acte, ou faut-il dire « mieux vaut tard que jamais » ?

Mais voici qu’un article scientifique signé Martin Mowitz, Anne Herman et al., met en évidence, outre l’isobornyl acrylate (IBOA), un nouvel allergène dans le FreeStyle Libre d’Abbott : le N,N-diméthylacrylamide (DMAA).

Qu’en sera-t-il du N,N-diméthylacrylamide dans le nouveau FreeStyle Libre ? Qui vivra verra.

En attendant, l’article fait le point sur sept cas et dégage un certain nombre de faits intéressants :

  • Une patiente allergique au FreeStyle Libre a vu ses problèmes cutanés résolus en passant au Dexcom G4 Platinum, qui ne contient pas d’isobornyl acrylate.
  • Une autre patiente, pourtant sensibilisée à l’isobornyl acrylate et allergique au FreeStyle Libre, utilise sans inconvénient la pompe Omnipod, qui contient également de l’isobornyl acrylate, peut-être parce que la durée d’application sur un même site de la pompe est bien plus courte (3 jours) que celle du capteur (14 jours).
  • Certains patients ayant utilisé des « solutions de contournement » pour minimiser leur allergie au FreeStyle Libre (pansements hydrocolloïdes interposés entre la peau et le capteur, crèmes à l’hydrocortisone) ont vu leurs réactions cutanées réapparaître après une période d’accalmie (la stratégie du pansement hydrocolloïde s’étant d’autre part révélée un échec d’emblée chez un autre patient).

Une fois de plus, Abbott a refusé de renseigner les chercheurs sur les colles contenues dans son dispositif. Au demeurant, il semblerait que le N,N-diméthylacrylamide provienne lui aussi, comme l’isobornyl acrylate, de la colle utilisée pour joindre les deux parties de la coque en plastique du capteur.

Précédent

29ème Rencontre du 1er Type

Suivant

Diaboulimie : quand diabète et boulimie interagissent

  1. adet

    Bonjour,

    Les patients diabétiques ont des réactions cutanées lors de l’utilisation du système de surveillance de la glycémie flash FreeStyle Libre (Abbott).

    Mais il y a de quoi attraper de l’urticaire avec ce constat de qualité défaillante de ce dispositif pourtant devenu indispensable à notre confort de diabétique.

    Suis-je le seul à faire ce constat ?

    Utilisateur depuis 12/2017 du FreeStyle Libre, jusque là avec satisfaction, sans allergie (ouf!) malgré quelques ilots d’eczéma atopique sur les bras, depuis environ 6 mois je constate une dérive des capteurs et un affichage, dès les 12 ème ou 13ème jour de pose et d’utilisation, de résultats des taux de glucose discordants (écart très important significatif entre le glucose sanguin et interstitiel) avant de devoir le changer normalement le 14 ème jour selon les préconisations du fabricant.

    Bien entendu je ne manque pas de le signaler téléphoniquement régulièrement à ABBOTT qui me répond à chaque fois qu’il est normal et qu’il se peut qu’arrivé au 12ème ou 13 ème jour l’enzyme glucose oxydase qui constitue la substance réactive de la canule des capteurs soit défaillant, c’est pourquoi il faut le changer au bout de 14 jours et que par conséquent il ne feront pas d’échange.

    Récemment mon avant dernier a affiché une discordance dès le 7 ème jour d’utilisation (Etat du système / journal des évènements du lecteur : Er 9,972 et 3,363).

    Après conversation téléphonique pour le signalement du défaut j’ai attendu pendant 5 jours la réception (envoi postal) d’un capteur de rechange offert gracieusement (ce n’est pas la première fois) par ABBOTT. Mais ce capteur de rechange, hélas, a été scandaleusement hors service au 1er jour d’utilisation (Etat du système / journal des évènements du lecteur : Er 9,978 et 3,365).

    Je suis actuellement à nouveau en attente d’un nouveau capteur de rechange (envoi postal) offert gracieusement par ABBOTT.

    Diabétique de type pancréatoprive (spléno-pancréatectomie corporéo-caudale en 2012 pour TIMPP), ces deux capteurs défectueux vont m’obliger à utiliser systématiquement un lecteur de glycémie capillaire pendant 15 jours minimum, en se piquant le bouts des doigts, pour vérifier les résultats du taux de glucose dans le sang 7 fois minimum par jour, plus si nécessaire selon sensations de malaise ressenties de jour comme de nuit.

    Il en résulte des dommages, comme du stress, de l’angoisse de jour comme de nuit, une perte de confort du contrôle pendant ma marche active journalière effectuée pour lutter contre mon diabète, la douleur au piquage du doigt, l’énervement au téléphone pour signaler ce scandale à ABBOTT.

    De plus les difficultés d’approvisionnement des capteurs FreeStyle Libre ABBOTT pour nos pharmacies rurales perdurent toujours actuellement scandaleusement malgré la promesse d’ABBOTT, dans les médias, d’améliorer la situation.

    Nos pharmacies de campagne n’ont toujours droit qu’à une seule commande mensuelle en nombre toujours restreint contingenté de capteurs (18 par mois pour ma pharmacie, un gros bourg de 3000 habitants ou je ne suis pas seul diabétique) mis à notre disposition, avec un délai d’approvisionnement dépassant parfois lamentablement le mois.

    J’ose espérer que dans le cadre des signalements de matério-vigilance, Abbott a bien mis en place le rapport demandé par l’ANSM, semestriel permettant d’identifier et d’évaluer de manière globale les principales réclamations qu’il reçoit et que l’ANSM est bien destinataire de ce rapport. Dommage qu’il ne soit pas public et consultable,

    • Frédérique Georges-Pichot

      Frédérique Georges-Pichot

      Bonjour Joël,
      Merci de votre commentaire circonstancié et pertinent.
      Pour info, aux Etats-Unis, la durée de vie indiquée pour le FreeStyle Libre est de seulement 10 jours… Aurait-on par hasard voulu faire quelques économies de bout de chandelle au détriment des patients de ce côté-ci de l’Atlantique ?
      Bien amicalement,
      Frédérique

      • TCH

        Bonjour.
        J’ai rencontrer des diabétiques (2) par hasard en voyant qu’ils portaient le capteur.
        Ces personnes et moi même présentons tous une réaction cutanée +/- forte, ce qui me fait penser que c’est plutôt un phénomène général.
        Dernièrement, le capteur a tenu 4 jour avant de se décoller à cause du prurit.
        Je garde également encore la trace de capteurs portés il y a 2 mois…

Laisser un commentaire

2016 - Diabète et Méchant