Diabète et méchant

Tout espérer, ne rien attendre.

ALLERGIES AU FREESTYLE LIBRE : UN DES ALLERGÈNES PEUT-ÊTRE IDENTIFIÉ

Isobornyl acrylateL’isobornyl acrylate serait responsable d’une bonne partie des réactions allergiques de type eczéma de contact au FreeStyle Libre d’Abbott.

Une équipe de chercheurs belges et suédois aurait identifié un des principaux allergènes en cause dans les réactions cutanées au FreeStyle Libre d’Abbott : il s’agirait de l’isobornyl acrylate (IBOA), les acrylates étant des agents chimiques connus comme sensibilisants, notamment en pathologie professionnelle. L’article complet, intitulé « Allergic contact dermatitis caused by isobornyl acrylate in FreeStyle® Libre, a newly introduced glucose sensor » et ayant pour auteurs principaux les dermatologues Anne Herman et Olivier Aerts, peut être lu ici : https://www.researchgate.net/publication/319108419_Allergic_contact_dermatitis_caused_by_isobornyl_acrylate_in_FreestyleR_Libre_a_newly_introduced_glucose_sensor_ALLERGIC_CONTACT_DERMATITIS_CAUSED_BY_FREESTYLER.

Outre la mise en évidence du rôle de l’isobornyl acrylate dans les réactions cutanées au FreeStyle Libre d’Abbott, voici quelques points-clefs de cet article :

  • Le problème des allergies de contact à des dispositifs médicaux utilisés pour le traitement du diabète ne se limite absolument pas au FreeStyle Libre, ni même à l’isobornyl acrylate : des réactions similaires ont en effet été observées non seulement avec le FreeStyle Navigator II d’Abbott (qui contient également de l’isobornyl acrylate), mais aussi avec des cathéters de pompe à insuline (deux cas d’allergie à des cathéters contenant de l’isobornyl acrylate ont été rapportés dès 1995 chez des patients diabétiques), et encore avec le Dexcom G4 Platinum (qui contient de son côté de l’éthyl cyanoacrylate). Au-delà même du domaine de la diabétologie, des allergies de contact dues à l’isobornyl acrylate sont avérées avec des cathéters pour intraveineuse.
  • Inversement, il semblerait que d’autres allergènes contenus dans le FreeStyle Libre soient encore à découvrir, puisqu’un des patients allergiques inclus dans l’étude d’Herman et Aerts n’a pas réagi à l’isobornyl acrylate.
  • La colle du pansement n’est pas forcément la source première de l’allergène : dans le cas du FreeStyle Libre, il se peut que l’isobornyl acrylate provienne en fait d’une colle utilisée pour joindre les deux parties de la coque du capteur (Abbott ayant refusé de répondre aux questions des chercheurs, on n’a cependant pas de certitudes à ce stade) ; de même, dans les cathéters de pompe mentionnés ci-dessus, l’isobornyl acrylate était contenu dans la colle fixant l’aiguille à la partie en plastique, tandis que, dans le cas du Dexcom G4 Platinum, l’éthyl cyanoacrylate venait bien de l’adhésif mais de la partie opposée à la peau.

Ces informations mettent en perspective, sans toutefois les remettre en cause, les demandes que nous formulions dans cette pétition :
https://www.change.org/p/agn%C3%A8s-buzyn-pour-la-prise-en-compte-des-allergies-et-intol%C3%A9rances-s%C3%A9v%C3%A8res-au-freestyle-libre-d-abbott?recruiter=442088242&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

En effet, il reste pertinent de demander la diffusion et le remboursement de dispositifs alternatifs au FreeStyle Libre, dans la mesure où ce qui est allergène pour un patient ne l’est pas forcément pour l’autre et où il est donc utile, pour aborder ces problèmes, de disposer de plusieurs options de traitement. Néanmoins, il devient également évident qu’il faut insister tout particulièrement auprès des pouvoirs publics pour qu’ils obtiennent que les fabricants de dispositifs médicaux, FreeStyle Libre ou autres, garantissent l’hypoallergénicité de leurs produits compte tenu des connaissances scientifiques actuelles et, a minima, communiquent de façon transparente sur les matériaux utilisés lorsque des effets indésirables sont avérés.

En l’espèce, il est malheureux de constater qu’une substance connue comme sensibilisante depuis 1995 continue à être utilisée dans des dispositifs médicaux, sans que les effets secondaires possibles soient seulement signalés aux patients et à leurs professionnels de santé.

Précédent

SI LES SYMPTÔMES PERSISTENT…

Suivant

MANIFESTATION ILLÉGALE À NANTES

  1. Louis

    Je souffre moi-même d’un eczéma de contact au freestyle libre… Prurit, brûlure et chute du capteur après 6 jours en moyenne . Je vais tenter les dermocorticoïdes avant l’application du patch sans grand espoir..
    Savez-vous s’il existe un dispositif équivalent (même non remboursé), permettant d’éviter ce composé allergène ?

  2. Dufour Léopoldine

    Bonjour, même problème pour moi. 3 mois d’utilisation du FSL sans soucis, puis ça a flambé du jour au lendemain. Tous les systèmes D (teinture de benjoin, spray Cavillon, Curafix, et pansement anti-ampoules) ne donnant pas de résultats satisfaisants, j’ai tout arrété. Les tests d’allergies confirment la réaction à l’isobornyl acrylate. J’ai fait une déclaratino auprès de l ‘ANSM.

    • Frédérique Georges-Pichot

      Frédérique Georges-Pichot

      Bonjour Léopoldine,
      Un grand merci pour votre commentaire.
      Le fait que vous ayez pu confirmer votre allergie à l’isobornyl acrylate est très intéressant. Il me semble que ce test n’est pas évident à faire car essentiellement pratiqué en milieu hospitalier : si ce n’est pas indiscret, comment vous y êtes-vous prise pour le faire ?
      Bien amicalement,
      Frédérique

  3. Marie-Noëlle

    Bonjour,
    merci pour cet article très intéressant. Hélas, je suis ds le même cas depuis à peine 1 mois. J’ai dû prendre un antibio pour une petite intervention dentaire et pensais qu’il y avait peut-être un lien mais j’ai terminé ce médicament depuis plus de 15 jours… Là, je le supporte encore mais pas très commode. un conseil?
    merci
    mn

  4. Michel S

    Un autre article interessant sur le sujet (pas spécifique au FSL);
    http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1932296818762946

Laisser un commentaire

2016 - Diabète et Méchant